Qui suis-je ?

Bienvenue sur Immeuble-de-rapport.fr !

img_3152
Je suis Guillaume Lanvin.

Je suis né en 1973, l’année du premier choc pétrolier.
D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours entendu que c’était « la crise » économique, financière, sociale. J’ai très vite décidé que la crise ne serait pas pour moi…

Pour commencer, si vous voulez en apprendre plus sur moi, voici l’interview que j’ai donnée à Etienne Brois :

D’un milieu modeste, j’ai toujours vu mes parents travailler dur avec un objectif principal : Rembourser le crédit de leur maison, subvenir aux besoins de leurs enfants et partir chaque année en vacances en Juillet.
L’école n’a pas été franchement un ascenseur social efficace pour moi, trop peu scolaire et tellement impatient…
J’ai obtenu un bac B de justesse, grâce à un 18/20 en sciences économiques, le plus gros coefficient. Les autres notes étaient catastrophiques…
Mes tentatives pour décrocher un diplôme d’études supérieures se sont soldées par des échecs…
J’en ris aujourd’hui en disant que j’ai Bac + 3 (mois) 😉

Pourtant, même si l’école ne m’a pas fait de cadeaux, j’y ai côtoyé des personnes, des profs même qui ont éveillé ma fibre d’entrepreneur.

C’est à cette époque que j’ai rencontré ma future femme et il a fallu « faire bouillir la marmite » car nous avons très vite décidé de fonder une famille (l’impatience de la jeunesse 😉 )
J’ai enchainé les boulots d’esclave dans la grande distribution pendant des années, 60 heures par semaine sous la lumière blafarde des néons.

En 2001, nous avons acheté notre première résidence principale.

Notre banque ne voulait même pas nous financer : pas un euro de côté, des comptes constamment dans le rouge… c’était pas gagné.
Un courtier a quand même réussi à nous trouver un financement à 110% + travaux.
Au final, une belle réussite.

Puis, un peu par hasard, nous avons racheté en 2005 la petite maison de notre voisin que nous avons mise en location…

je n’avais aucune idée de ce qu’était un taux de rentabilité. J’ai juste calculé à la louche (et encore !) que le loyer payé par le futur locataire couvrirait les mensualités de l’emprunt… j’ai eu l’impression de découvrir le Saint-Graal 😉
Financement sans trop de souci (il faut dire que la banque qui nous a financés venait d’ouvrir et était dans une politique de conquête).

Beaucoup de chance donc, et un peu d’inconscience, la jeunesse sûrement 😉

C’est à ce moment que nous avons décidé de ne pas nous arrêter là et nous nous sommes lancés dans d’autres investissements.

D’abord des studios, un local commercial, puis enfin un immeuble de rapport.
J’ai réalisé que cette forme d’investissement était la plus avantageuse pour nous. Cet univers me passionne, moi, le fils d’ouvrier qui n’a jamais manqué de rien mais à qui on a souvent suggéré de ne pas avoir trop d’ambitions…

C’est décidé, je ne vais pas moisir dans un supermarché toute ma vie.
L’immobilier sera notre sésame vers l’indépendance financière.

Nous habitons dans l’Oise à cette époque (au nord de Paris).
Pour de multiples raisons, nous décidons de changer de vie. Marre de la grisaille, envie de voir du pays, d’offrir autre-chose à nos enfants (le troisième venait juste de naître).

Direction la belle Bordeaux en 2007 avec dans les poches la plus-value de notre résidence principale revendue quelques temps avant…
Nous retournons en location (suscitant l’étonnement et l’incompréhension de notre entourage) et revendons une grosse partie des biens acquis dans l’Oise, trop compliqués à gérer à distance.

Je retrouve du boulot (chef de magasin chez Aldi, je touche le fond au niveau Rat Race.)

Dans le même temps, je réinvestis sur la Gironde, nous commençons à dégager un petit cash-flow et nous avons pas mal de cash disponible…

J’ai quand même une famille à entretenir et c’est ma priorité, donc la plus-value sert dans les premiers temps à faire vivre convenablement mon petit monde. Pas question de sacrifier mes enfants sur l’autel de mes ambitions.
En quelques années nous brûlons le cash de la revente de notre première résidence principale. Nos revenus sont inférieurs à nos dépenses.

Je reste cependant très serein.
Je monte terriblement en compétence sur l’immobilier. Quand je ne suis pas au magasin, je passe des heures à lire des bouquins, je potasse le droit et la fiscalité de l’immobilier, j’étudie dans les moindres détails les différents marchés autour de chez moi…
J’ai désormais toutes les clefs pour générer du cash avec l’immobilier locatif.

En 2010, Elodie (mon épouse et éternelle partenaire) prépare et réussit le concours d’instit après avoir monté et revendu une boutique dans l’Oise.

C’est le bon moment pour moi. Je lâche mon job pour me lancer dans ce qui me passionne : l’immobilier locatif.

Je provoque mon licenciement et je profite des aides à la création d’entreprise.
Je me spécialise dans les immeubles de rapport et j’adhère à un réseau de mandataires indépendants.

J’ai de l’expérience et de l’envie à revendre.

J’essuie au début quelques échecs mais je parviens petit à petit à tisser un petit réseau de clients-investisseurs qui apprécient que je sois moi-même investisseur et non agent immobilier lambda. Nous parlons le même langage. J’arrive également à gagner la confiance d’un gros propriétaire foncier qui me confie une partie de ses immeubles de rapport que je vends comme des petits pains… et je continue à investir pour mon compte en parallèle.

De fil en aiguille, l’idée d’un blog pour partager mes expériences d’investisseur dans les immeubles de rapport nait. J’ai beaucoup tâtonné pour trouver les infos et adopter les bonnes stratégies, faute d’informations disponibles et je me dis que j’ai peut-être des choses à apporter aux investisseurs débutants.

Immeuble-de-rapport.fr voit le jour en septembre 2014.

Depuis, j’ai eu l’occasion de partager mon expérience avec vous, lecteurs, de plus en plus nombreux, mais cela m’a également permis de rencontrer des investisseurs qui sont devenus par la suite mes clients, voire pour certains des amis tellement le courant est bien passé.

Je continue à alimenter ce blog avec des informations utiles et pratiques. Je prends toujours autant de plaisir à partager mon expérience.
J’espère que ce site sera un puits de ressources profitables à tous, et qu’il vous donnera des envies d’indépendance et les clés pour y parvenir.

Bonne lecture et bon(s) investissement(s) !

 

 

pub-chasseur-728x90-v4