Airbnb vs logement étudiant : le nouveau scandale ?

Ce n’est plus un secret pour grand monde aujourd’hui : dans les grandes villes universitaires, les étudiants galèrent vraiment pour se loger.
J’en ai fait l’expérience l’an passé quand notre neveu, concours d’une école de commerce en poche, nous a demandé de l’aider à trouver un studio dans Bordeaux. Dès le mois de juin, c’est la foire d’empoigne, il ne faut vraiment pas être trop exigeant et ne parlons pas des étudiants qui cherchent à se loger en septembre…
La pression locative est monstrueuse sur l’agglomération bordelaise.

Il y a quelques semaines, suite à un départ de sa locataire, un ami investisseur cherche à relouer un studio de 17 m2.
Bien qu’impeccable et joliment meublé, le loyer qu’il demandait me semblait bien trop élevé : 450 € hors charges.
Que neni !
Il publie une annonce sur Leboncoin à 9h00 en laissant uniquement comme contact son mail.
Il a bien fait. A 11h00, il a du retirer en urgence son annonce. Il avait reçu en 2h de publication… 293 emails !
En discutant avec des investisseurs de toute la France, je me rends compte que ce phénomème se retrouve dans quasi toutes les villes universitaires.

Les étudiants galèrent vraiment pour se loger.
Il me semble avoir trouvé une explication et des coupables, il en faut toujours 🙂 : Airbnb et Booking !

Et oui, c’est simple à comprendre et je pense que politiquement ça va réagir.
Nous sommes à l’aube d’un scandale : nos étudiants ne peuvent plus se loger !
Les investisseurs en Airbnb pour la plupart se lancent avec des studios ou T2, appartements historiquement destinés aux étudiants.
En retirant du marché ces logements pour les destiner aux touristes ou gens de passage, le marché immobilier à été destabilisé de manière fulgurante. La régulation sera longue…

Attention, je n’ai rien contre les investisseurs qui se sont lancés sur le créneau de la location courte durée. Je pense au contraire qu’ils ont eu raison de profiter de cette grosse opportunité…
Moi-même j’ai longtemps tergiversé à le faire dans mon quartier… et je regrette aujourd’hui d’avoir regardé le train passer ! Je me console avec mes immeubles de rapport/machine à cash en milieu rural.
On ne va pas se mentir : quand je vois les rentabilités indécentes dégagées par mes amis sur ce crénaux, j’ai franchement les boules…

Dans mon quartier (Saint-Pierre pour ceux qui connaissent Bordeaux), le nombre de logement exploité en courte durée est juste incroyable !
Les étudiants, eux, je les croise dans les bars et restaurants de l’hypercentre mais la plupart rentrent ensuite chez eux en périphérie…

Aujourd’hui, je suis persuadé qu’il y a un nouveau marché à aller chercher pour loger les étudiants.
Cette pénurie est anormale et le marché doit se réguler. On ne va quand même pas attendre que l’Etat et son inertie de Mammouth se bouge et trouve des solutions rapides. C’est à nous investisseurs de trouver des réponses efficaces et pragmatiques. Plutôt libérale cette idée mais j’assume.

La réponse est simple et pas du tout innovante : La colocation

J’en ai d’ailleurs déjà parlé mais plus le temps passe, plus ça me semble être LA solution pour nos étudiants.
La nouveauté, c’est que je vais pouvoir vous aider à dénicher des colocations rentables et à succès.

Quoi ? Monsieur Immeuble-de-Rapport.fr sort de son pré carré ?
Et bien oui.
Je viens de faire rentrer dans mon équipe une jeune femme qui investit avec ce concept et qui cartonne. Elle a développé une expertise bluffante.
nous avons mis nos expériences en commun, étudié les marchés, testé des concepts…

Aujourd’hui, nous allons proposer aux investisseurs audacieux de profiter de notre savoir-faire.
Nous vous proposons donc des investissements en colocation clef en main.
Pour garder une qualité de service et parce que de mon coté, je reste sur la niche des immeubles de rapport rentables, nous sortirons seulement une petite dizaine de projets par an.

Le service en question :

– Recherche de l’appartement dans une ville dynamique de minimum 60 000 habitants dont 10 000 étudiants. ( Sur le grand quart Sud-Ouest de la France)
– Chiffrage, mise en relation et accompagnement au suivi des travaux avec nos entreprises partenaires.
– Ameublement
– Mise en place des premiers locataires (annonce, visites, signature du bail, état des lieux)
– Conseils sur le statut fiscal adapté (LMNP au réel….) et mise en contact avec expert-comptable spécialisé
– Transmission de notre savoir-faire d’investisseur

Notre objectif :

-Investissement global d’environ 150 000 € (nos honoraires inclus) pour une colocation de 4 chambres avec des appartements supérieurs à 80 m2.
-Une rentabilité brute entre 10% et 12% avant impôts.
-Un cash-flow positif qui permettra de continuer vos investissements.

Nous travaillerons uniquement via un mandat de recherche exclusif d’un an.
Le but est que nous soyons le plus efficace possible.

Si ce type de projet vous interresse vous pouvez envoyer un mail à Elodie sur le formulaire de contact avec comme objet COLOCATION, en exposant brièvement votre situation et votre projet.

Vous aimerez aussi...

17 réponses

  1. Pascal nass dit :

    Merci de me mettre ds votre liste

  2. GREGG JULIEN dit :

    bonjour et merci de l analyse.
    excellent creneau.J investis en Suisse mais avec le franc fort…..c est peut etre une piste.

  3. Marc et Salome dit :

    Bonjour Guillaume, avec ma femme nous sommes intéressés par ce concept de COLOCATION pour notre deuxième projet en France. J’ai moi-même été en coloc en 2006/2007 à Tampa Bay en Floride étant jeune travailleur, dans un appart avec 4 chambres dont chacune avait sa douche et son WC, le salon et la cuisine en commun. Génial, j’en garde un bon souvenir. Aux Pays-Bas ou nous sommes depuis 8 ans, ça se fait aussi pour les étudiants et jeunes travailleurs, du fait de la forte demande et du nombre limite de logement. Nous signons bientot pour un lot de 3 T2 dans un immeuble en hyper centre-ville de Valence, et je réfléchissais déjà à mettre en place notre deuxième projet aussi en immeuble de rapport, sans travaux car a l’etranger. Ca fait quelques mois que je suis tes analyses, et je suis tres satisfait du niveau de prestations de ton equipe. Nous aimerions ma femme et moi échanger avec toi pour ce deuxième projet dans ta région du Sud, au lieu de le faire en Rhône-Alpes. Quel est l’email d’ELODIE pour se positionner sur ce projet COLOCATION ?
    A bientôt de te lire. Marc et Salome

  4. Pierre Philippe dit :

    Bonjour Guillaume Et Elodie
    super intéressé..
    à bientôt j’espère

  5. Sophie Somnard dit :

    Merci Guillaume pour ce nouvel article. Il me semble intéressant aussi de mixer le concept immeuble de rapport et le concept collocation étudiante (1 immeuble avec des zones et équipements communs et des chambres privatives…). Belle vie à ta collaboration avec Elodie !

  6. Sophie dit :

    Merci Guillaume pour ce nouvel article. Il me semble intéressant aussi de mixer le concept immeuble de rapport et le concept collocation étudiante (1 immeuble avec des zones et équipements communs et des chambres privatives…). Belle vie à ta collaboration avec Elodie !

  7. Florent dit :

    Mince, un nouveau collectionneur !!!

  8. Thomas dit :

    Salut Guillaume,

    Et pour le quart nord est tu n as rien ?
    C est bien dommage….
    A+

    Thomas

  9. POHER de CORBIE dit :

    Cela m’intéresse vivement … je dispose d’un terrain constructible à Bordeaux .

  10. Sandrine dit :

    Bonjour,
    Je suis vivement intéressée par votre proposition d investissement en COLOCATION dans le Sud Ouest de la France.
    Je suis déjà investisseur mais non satisfaite des rendements obtenus.
    J’habite Aix en Provence et je pense que le meme concept pourrait fonctionner dans cette ville…Apprendre a investir avec vous en COLOCATION dans le Sud Ouest pourrait certainement me permettre d’appliquer les mêmes méthodes dans ma ville.
    Par ailleurs j’ai également un T4 sur Dunkerque, que je suis en train de rénover et je souhaterais peut être le louer en colocation.
    Le problème est que je ne suis pas sur place et que l’agence qui le gère sera réticente à appliquer ce concept…

    Dans l’ attente de vous lire,

    Bien cordialement,
    Sandrine

  11. C’est ça, il n’a jamais était aussi facile de louer les logements étudiants, les miens partent comme des petits pains =)

  12. Cabannes dit :

    Bonjour,
    Je connais justement une personne etudiante qui est dans ce cas. Elle ne trouve pas de logement sur Bordeaux et elle recherche actuellement avec 2 autres amies une colocation sur Bordeaux. Elle part ce week end voir 1 seul logement et il y a X visites sur ce logement. Donc je suis tout à fait en phase avec cet article.
    Si vous connaissez des personnes proposant un logement étudiant en colocation sur Bordeaux, je serais intéressée et je ferais suivre à la personne qui recherche désespérément un logement.
    Cordialement,

  13. Philippe dit :

    Bonjour Elodie, je suis très intéressé par cette formule, qui permet de passer à l’action, de profiter de vos expériences et d’éviter ainsi bien des erreurs
    Cordialement
    Philippe

  14. Alain dit :

    Si c’est toujours d’actualité, je suis moi aussi intéressé..

    Alain

    • Guillaume dit :

      Bonjour Alain,
      Oui c’est toujours d’actualité, depuis cet article nous avons signé un compromis avec un lecteur du blog.
      Un second est sur le feu… par contre la liste d’attente est déjà bien bookée pour 2018…
      Nous ne pourrons pas satisfaire tout le monde désolé.

  15. Alain dit :

    Bonjour,
    Dommage j’avais « postulé » dès les premières minutes…

  16. Stephane dit :

    Bonjour,

    Il semblerait que l’état ai inventé une nouvelle machine de guerre, en avez vous entendu parler ?
    Je cite :

    Ça vient tout juste de tomber (19 octobre 2017) :

    « En cas de crise économique grave, l’Etat décrète qu’il devient copropriétaire de tous les terrains construits résidentiels à hauteur d’une fraction fixée de leur valeur. »
    « Résultat : tous les propriétaires lui seraient redevables d’un loyer correspondant à la partie possédée par l’Etat. »
    Ce projet hallucinant figure en toutes lettres (jeudi 19 octobre 2017) dans un rapport réalisé par les services du Premier ministre FRANÇAIS Edouard Philippe.
    L’Etat pourrait « décréter » du jour au lendemain qu’il est propriétaire d’une partie de votre terrain, et exiger un loyer de votre part (ça fonctionne aussi pour les appartements car l’immeuble est construit sur… un terrain).

    > > Signez de toute urgence la pétition de protestation pour empêcher ce projet INACCEPTABLE !!

    Pire encore, si vous ne pouvez pas payer, « la fraction du terrain possédée par l’État augmentera d’autant d’année en année», expliquent les auteurs. Donc jusqu’à 100 % !

    Il s’agit d’un projet officiel élaboré par France Stratégie, le centre de réflexion de Matignon, sous la houlette du sinistre Fabrice Lenglart, commissaire général adjoint. [2]

    Mais la situation la plus tragique sera pour toute personne qui s’est endettée.

    Partiellement confisqué par l’Etat, son bien verra sa valeur baisser drastiquement. En revanche, ses traites de remboursement bancaires, elles, resteront intactes.
    Elle se fera donc voler deux fois :

    Une première fois sur la baisse de la valeur de son bien
    Une deuxième fois par le loyer qu’elle devra payer à l’Etat, en plus de ses traites de remboursement.
    Cette mesure va conduire des centaines de milliers de personnes au désespoir. Propriétaires ET bailleurs.

    Cette mesure, si elle est mise en œuvre, serait un crime contre la société. Et un crime contre l’avenir de notre pays tout entier, où nous serons tous dans une insécurité maximale, y compris sous notre propre toit !!

    Tout nous prendre plutôt que d’arrêter les gaspillages

    S’emparer de force du logement des gens, c’est une mesure qui n’a eu lieu que dans les périodes les plus sombres de l’Histoire, en Russie soviétique en 1917, en Chine Communiste en 1949, au Vietnam, au Cambodge, à Cuba, en Corée du Nord, etc.
    Chaque fois, elle a entraîné les pires catastrophes sociales et humaines.

    Ce n’est pas DU TOUT la première fois :

    Fabrice Lenglart a déjà cherché en décembre 2016 à faire passer l’idée de faire payer aux propriétaires un impôt sur la valeur locative de leur logement.
    Mais ils reviennent aujourd’hui à la charge avec un projet dix fois pire ! Cette fois, il s’agit carrément de vous confisquer une partie de votre bien.

    Si nous ne nous réveillons pas, ça va passer. Car cette mesure est plus vicieuse, plus technique, donc clairement faite pour embrouiller les gens.

    > > Signez la pétition ici pour dire « Non à l’expropriation par l’Etat » !!!
    > >
    > > Nous devons être des millions à signer cette pétition. Toute personne qui a un bien, aussi modeste soit-il, toute personne qui a un prêt immobilier, sera victime si cette mesure passe.

    > > Les enjeux financiers sont énormes. Mais c’est surtout votre paix intérieure, votre sécurité élémentaire, qui sont menacées. Cela n’a pas de prix. Imaginez l’angoisse d’avoir 85 ans, de peut-être être malade, sans plus aucune possibilité de travailler pour avoir un revenu, et de devoir payer à l’Etat un loyer sur le logement qui vous appartenait !
    > >
    > > Si cette loi passe, vous pouvez en outre être certain que ça ne suffira pas à payer les dettes de l’Etat ni renflouer le déficit.

    > >
    > >
    > > Mais nous pouvons encore empêcher ce scénario cauchemardesque.
    > >
    > > Les Français ont montré tant de fois dans l’Histoire, y compris l’Histoire récente, leur capacité de s’unir et d’agir quand leurs droits fondamentaux étaient menacés.
    > >
    > > Nous sommes encore en démocratie. C’est votre voix et celles de nos concitoyens qui décident, ultimement, de la marche du pays.
    > >
    > > Montrons que ça ne passera pas. La voix du nombre, ils l’entendront. Ils tremblent à l’idée de perdre les prochaines élections. Ces gens ont les yeux rivés sur les sondages. C’est notre moyen d’action.
    > >
    > > Ne laissez pas des hauts-fonctionnaires déconnectés plonger notre pays au fond du gouffre. Cela ne coûte pas un centime : signez la pétition ci-jointe et surtout faites la circuler le plus largement possible autour de vous.
    > >
    > > Seule compte la force du nombre. Et les signatures ne viendront pas toutes seules. L’unique moyen de faire monter le compteur est que chacun de nous transmette cette page à deux, quatre ou dix personnes de son entourage. Via les emails ou les réseaux sociaux, c’est aujourd’hui faisable en trois clics !
    > >
    > > Je n’ai aucun autre moyen de diffuser cette pétition que de compter sur votre solidarité. Si vous effacez ce message, si vous vous contentez de signer sans en faire part à vos amis, notre initiative échouera à coup sûr.
    > >
    > > En revanche, vous pouvez déclencher une chaîne de mobilisation qui mettra le feu aux poudres. Grâce à vous, nous pouvons déclencher un effet boule de neige considérable. Il y a des millions de propriétaires en France.
    > >
    > > Et surtout, agissez le plus promptement possible. La réaction sera d’autant plus forte qu’elle viendra comme un retour de flamme immédiat. Notre objectif est d’atteindre 100 000 signatures en 24 heures.

    Signez la pétition maintenant, pour empêcher l’Etat de saisir votre bien immobilier.

    https://petitions.objectif-libre-et-independant.fr/l-etat-veut-nous-saisir-nos-logements/?source=OLI1690002

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *